Plongez-vous dans le monde du digital en découvrant ou en renforçant une vocation !

Le métier

Le·la développeur·se web effectue la réalisation technique et le développement informatique d’un site web. A l’aide du cahier des charges réalisé par le chef de projet, le·la développeur·se web programme les fonctionnalités qui correspondent aux besoins du client pour son site web. Le développeur web peut exercer dans une ESN (Entreprise de Services du Numérique), dans une agence de communication, en tant que travailleur indépendant ou directement chez le client.
Le développeur Front End est le spécialiste de la carrosserie des sites internet. Il s’occupe de programmer l’interface des sites Internet en fonction du cahier des charges de son client et des impératifs liés à l’accessibilité et à la compatibilité entre les navigateurs. Le développeur back End est le spécialiste du moteur des sites internet et des applications mobiles. Il s’occupe de programmer l’interface avec la base de données en fonction du cahier des charges de son client et des impératifs liés aux règles de gestion métier et à la navigation.

Le·la développeur·se mobile réalise des programmes informatiques spécifiques destinés à l’environnement mobile et nomade. Les projets menés peuvent prendre la forme de sites web spécifiques, de services en ligne, d’applications multimédia comme de jeux vidéo, etc. Dans ce contexte, il a pour responsabilité d’assurer l’interactivité des produits et des services qu’il réalise par le biais de d’un langage spécifique.
Membre d’une équipe qui rassemble des compétences variées, il prend en compte les éléments contextuels qui lui sont fournis (charte graphique, spécifications techniques, etc.) et définit les liens entre les contenus qu’il doit intégrer de façon à assurer leur affichage. Il définit également toute la partie algorithmique permettant le traitement des données par l’application mobile.
Son métier s’inscrit de façon spécifique dans le contexte de l’augmentation croissante des usages des outils nomades (téléphones portables, smartphones, tablettes numériques, etc.). Il maîtrise en ce sens les spécificités de la programmation et de l’affichage sur ce type de périphériques (contraintes de l’écran de petite taille, variété des écrans, capacité d’interaction limitée, diversité des plates-formes, etc.).

Un secteur porteur :

Le secteur du digital est en forte croissance. Plus de 700 000 emplois ont été créés ces quinze dernières années. Le digital est donc un secteur porteur. Et trois pôles d’activité sont particulièrement recruteurs : la technique, la relation clients et le webmarketing.

En 2018, le digital restera la tendance du recrutement, l’offre de compétences restant inférieure à la demande des entreprises.

Les missions :

Le·la développeur·se web :

Participer à l’analyse détaillée des besoins fonctionnels et techniques
Coder la solution (logiciel, application, système…)
Réaliser la documentation associée
Implémenter la solution avec les technologies retenues
Dérouler les tests et valider son développement
Gérer la maintenance corrective et évolutive de l’application
Former des utilisateurs finaux
Participer à la mise en production
Accompagner la recette et traiter les retours de recette
Assurer le support client

La formation développeur.se web et mobile s’inscrit entièrement dans le programme de formation d’EDEN School en intégrant du métier de développeur.se web.

Analyser le projet en fonction des besoins des utilisateurs, consignés dans un cahier des charges techniques.
Déterminer une solution technique.
Anticiper les évolutions éventuelles et les incidences de ses actions.
Réaliser l’architecture technique de l’application.
Participer aux phases de tests des fonctionnalités développées.
Intervenir sur l’évolution d’une application déjà réalisée à laquelle il faut apporter des améliorations précises et des développements complémentaires.

Ce métier est fait pour vous :

vous aimez :

La logique : C’est la base. Sans logique, autant passer son chemin pour s’orienter vers un métier plus manuel, plus créatif ou plus routinier. Il faut le dire tout de suite : l’informatique nécessite de la logique, un peu de maths élémentaires et un esprit plutôt ouvert aux concepts abstraits.

L’analyse
Face à un problème complexe, il suffit de le découper pour trouver des solutions simples. Tout est là, tout est dit.
De manière générale, le bon développeur doit prendre le temps de la réflexion avant de foncer, tête baissée / écouteurs aux oreilles, sur son clavier.

La patience
On se retrouve toujours face à un problème qui semble inextricable au premier abord. Il est alors nécessaire de prendre sur soi pour ne pas envoyer l’écran par la fenêtre ou le clavier au travers de la tête de son collègue… il va falloir faire abstraction du monde extérieur pour vous plonger dans cette « Fatal Error » qui semble venue d’un autre monde. Et pourtant tout s’explique, c’est l’une des règles d’or : en informatique rien n’est magique…

La curiosité, l’envie
Rester à jour au regard des attentes et technologies du marché, tel est le défi quotidien lancer aux informaticiens. L’amour de la technologie est le plus nécessaire pour faire de vous un informaticien hors pair. Il vous faudra en effet rester accroché au TGV des nouvelles technologies, tout en répondant à des attentes clients souvent moins sympathiques… Ainsi, la veille constitue une véritable composante du métier.

La pertinence
Poser des questions, se poser des questions… Etre pertinent et curieux, poser les bonnes question aux bons moments fera de vous un informaticien connu et reconnu qui saura mettre en relief les problèmes sur des questions diverses et variées (choix des technologies, études des fonctionnalités, gestion de risques, etc.).

 

Diplôme proposé par les Ecoles de Production

Titre professionnel développeur.se web et mobile :

Trouver une école ▸